Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2001-AVI-164

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 20 décembre 2001
No CERTA-2001-AVI-164

Affaire suivie par :

CERTA

AVIS DU CERTA

Objet : Vulnérabilité du serveur pfinger


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2001-AVI-164

Gestion du document


Tableau 1: gestion du document
Référence CERTA-2001-AVI-164
Titre Vulnérabilité du serveur pfinger
Date de la première version 20 décembre 2001
Date de la dernière version -
Source(s) INTEXXIA
Pièce(s) jointe(s) Aucune
   

Une gestion de version détaillée se trouve à la fin de ce document.

1 Risque

Exécution de code arbitraire.

2 Systèmes affectés

  • client pfinger ;
  • serveur esclave pfinger.

Les versions du logiciel antérieures à la version 0.7.8 sont affectées. pfinger est un logiciel qui tourne sur UNIX ou ses variantes.

3 Résumé

Le logiciel finger possède des vulnérabilités qui autorisent dans certaines conditions l'exécution de code arbitraire.

4 Description

Le protocole finger (cf. ()) permet d'accéder à des informations nominatives sur les utilisateurs connectés à un ordinateur. Chaque utilisateur peut personnaliser les informations nominatives délivrées par le protocole finger en créant un fichier ˜/.plan.

Le logiciel pfinger est un serveur qui met en œuvre ce protocole.

Une vulnérabilité basée sur l'usage des « chaînes de format » permet à un utilisateur mal intentionné de construire un fichier .plan particulier sur la machine qui héberge le serveur finger. Lorsque les informations contenues dans le fichier sont affichées par le client pfinger, il est possible que du code arbitraire placé dans le fichier .plan s'exécute sur la machine qui héberge le client.

Une vulnérabilité analogue affecte les serveurs pfinger. Lorsqu'un serveur « esclave » pfinger reçoit des informations d'un serveur maître, il est possible que dans certaines conditions il reçoive du serveur maître du code à exécuter.

En principe pfinger s'exécute en ayant les droits de l'utilisateur nobody. Cet utilisateur n'a pas beaucoup de droits. Toutefois en combinant avec d'autres vulnérabilités locales, il pourrait être possible dans certains cas d'obtenir des privilèges plus élevés.

5 Solution

5.1 pfinger

Un correctif existe à partir de la version 0.7.8 de pfinger sur le site ().

5.2 le protocole finger

Les failles dans pfinger permettent de s'attaquer à ceux qui consultent les informations nominatives. Toutefois, il convient de rappeler que, indépendamment de la faille sur ce logiciel, le protocole finger est par nature un protocole dangereux. La nature des informations délivrées peut nuire au serveur qui les publie. Depuis des années ce protocole est connu comme pouvant servir de préparation à des attaques en aidant à la collecte d'informations sur la victime. C'est pourquoi dans un environnement hostile, Internet par exemple, il est souhaitable de ne pas utiliser ce protocole, c'est à dire s'assurer que la la ligne suivante dans le fichier /etc/inetd.conf est commentée (elle doit commencer par le caractère « # ») :

#finger         stream  tcp     nowait  nobody  /usr/sbin/tcpd  /usr/sbin/in.fingerd

On peut aussi appliquer une politique de filtrage au niveau du garde barrière en interdisant les requêtes sur le port 79/tcp.

No References!

Gestion détaillée du document

20 décembre 2001
version initiale.


CERTA
2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-05-24