Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2007-ACT-020

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 18 mai 2007
No CERTA-2007-ACT-020

Affaire suivie par :

CERTA

Objet : Bulletin d'actualité 2007-20


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-020

Gestion du document

Une gestion de version détaillée se trouve à la fin de ce document.

Le bulletin d'actualité est disponible dans son intégralité et au format PDF à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-020.pdf

Un extrait du bulletin, ne reprenant que les articles de la semaine, se trouve en HTML à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-020/

1 Les incidents traités cette semaine

1.1 Evolution d'un site Web hébergeant des pages de filoutage (phishing)

Le CERTA a pu, au travers d'un incident, observer l'évolution d'un site Web hébergeant un site de phishing. Pour diverses raisons, notamment un manque de coopération de l'hébergeur, ce site Web compromis n'a pas pu faire l'objet d'un traitement d'incident correct. En particulier, il n'a pas été possible d'accéder aux journaux du serveur, ce qui aurait pu permettre de mettre en évidence la faille exploitée, ainsi qu'une éventuelle utilisation d'une porte dérobée déposée précédemment (cette méthode étant fréquemment employée par les intrus). En revanche, nous avons pu suivre l'évolution des sites de phishing installés au gré des messages de notification que nous avons reçus. Nous pouvons établir la chronologie suivante pour le serveur infecté :

  • 13 avril 2007 : découverte de la compromission du site, présence d'un site de phishing ciblant les utilisateurs d'une banque ;
  • 17 avril 2007 : site de phishing ciblant la même banque mais situé dans un répertoire différent ;
  • 27 avril 2007 : site de phishing toujours présent, ciblant toujours la même banque, et qui n'a a priori pas évolué depuis le 17 avril 2007 ;
  • 09 mai 2007 : présence d'un site de phishing ciblant les utilisateurs d'un site d'enchères en ligne, le site concernant la banque n'est plus accessible ;
  • 16 mai 2007 : suppression d'une vulnérabilité sur le site ;
  • 18 mai 2007 : le site de phishing présent le 9 mai 2007 est toujours accessible.

Les sites de phishing envoient généralement des messages électroniques chez des fournisseurs de messagerie gratuite. Il est possible que ces adresses de messagerie aient évolué dans le temps. Il est important de préciser que tant qu'au moins une vulnérabilité est présente, le fait de couper l'accès à certaines pages du site est inefficace. En effet, l'intrus peut exploiter une faille ou une porte dérobée (installée lors d'une précédente intrusion) pour réactiver les accès au site frauduleux.

Les incidents de ce type ne peuvent souvent être résolus que par une analyse complète du disque dur, ce qui implique la coopération de l'hébergeur et une interruption de service pour tous les sites co-hébergés.

2 Des problèmes de codage / décodage pour les outils de sécurité

Les caractères Unicode peuvent être représentés de différentes manières. Ainsi, pour des symboles chinois, japonais ou coréens, il est possible de distinguer les caractères codés sur un seul octet (halfwidth) ou sur deux (fullwidth). Cette distinction est aussi possible pour d'autres caractères, comme ceux de l'alphabet latin. S'il est probable qu'un caractère existe sous les deux formes de codage, cela n'est pas systématique.

En d'autres termes, certaines chaînes de caractères n'auront pas la même signification si elles sont codées par l'une ou l'autre des deux méthodes. Un tableau présentant certaines différences est disponible à l'adresse ci-dessous :

http://www.unicode.org/charts/PDF/

Une vulnérabilité liée à cette propriété a été identifiée dans plusieurs outils de sécurité qui manipulent des chaînes de caractères HTTP, comme les adresses réticulaires (URL).

L'exploitation de cette vulnérabilité permettrait de contourner des politiques de filtrage ou d'analyses de contenu. Une liste de systèmes vulnérables est disponible aux adresses suivantes :

Peu de constructeurs ont, à la date de publication de ce bulletin, proposé des mises à jour. Des bulletins de sécurité ont néanmoins été émis par certains d'entre eux :

Le CERTA tiendra ses correspondants informés par le biais d'avis quand les mises à jour seront disponibles.

3 Des nouvelles de Microsoft

3.1 Problème de mise à jour ?

Microsoft a publié mercredi 16 mai 2007 un correctif pour une mise à jour apparue en début du mois : il s'agit du bulletin MS07-027 (KB931768), décrit dans l'avis CERTA-2007-AVI-207.

Cette mise à jour, de référence KB937409, corrige un problème de permissions attribuées aux fichiers temporaires d'Internet Explorer. Les utilisateurs n'utilisant pas le répertoire par défaut, voient apparaître après l'application du correctif une boîte dialogue les avertissant d'un problème de sécurité lié au téléchargement de fichiers ("File Download - Security Warning").

Le récent document de Microsoft explique comment ré-attribuer correctement les droits pour le répertoire choisi, ou revenir à la configuration initiale.

Le CERTA recommande, en cas d'apparition d'un tel message, de vérifier que l'application de la mise à jour est bien la source du problème, et que les fichiers temporaires ne sont pas stockés par défaut :

  • sous Windows XP, dans :
    C:\\Documents and Settings\<USER>\Local Settings\Temporary Internet Files\
    
  • sous Windows Vista, dans :
    C:\Users\<USER>\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\
    

Dans ce genre de situation, il est toujours important de vérifier que le message d'erreur correspond à la raison publiée, ou n'est pas l'artefact d'un autre problème, éventuellement de sécurité, sur le système.

Documentation

3.2 Les annonces préliminaires de Microsoft

Microsoft a annoncé mercredi 16 mai 2007 vouloir changer sa méthode d'annonce avancée sur les vulnérabilités, aussi nommée ANS (Advanced Notification Security).

Les bulletins sont publiés les deuxièmes mardis de chaque mois, et le jeudi qui précède, un cours résumé est rendu public par Microsoft afin de faire patienter ses clients. L'information fournie indique : le nombre de vulnérabilités, regroupées par « bloc logiciel » (Windows / Office / etc.), ainsi que l'indice de sévérité maximum attribué par Microsoft les concernant.

A partir de juin, cette annonce préliminaire sera plus complète et sera directement accessible sur le lien générique :

http://www.microsoft.com/technet/security/bulletin/ms07-MOIS.mspx

Les informations fournies concerneront chaque bulletin qui sera publié la semaine suivante, avec les données ci-dessous :

  • l'indice de sévérité maximal du bulletin de sécurité ;
  • les conséquences des vulnérabilités qui seront publiées (exploitation à distance, déni de service, etc.) ;
  • les logiciels affectés ;
  • des informations de détection (Microsoft Baseline Security Analyzer par exemple).

4 Fuite d'informations sous Mozilla Firefox

Plusieurs vulnérabilités ont été identifiées dans le navigateur Mozilla Firefox. elles permettraient à une personne malveillante de récupérer des informations intéressantes concernant la configuration du navigateur, afin de mieux cibler une tentative d'attaque.

  1. l'accès par Javascript à certains fichiers de configuration de Firefox, grâce à la commande resource:// placée en tête d'une URL ;
  2. un accès à plusieurs fichiers du système en utilisant le caractère "%5C" qui représente en hexadécimal "
    ". Ce caractère n'est pas correctement interprété au cours de la manipulation de certaines chaînes. Cette vulnérabilité serait également valable sous Internet explorer.

La seconde vulnérabilité est actuellement corrigée dans la version de test de Firefox, et sera prochainement intégrée dans une mise à jour publique du navigateur.

https://bugzilla.mozilla.org/show_bug.cgi?id=367428

Ces deux vulnérabilités permettent, si elles sont exploitées, de récupérer des informations contextuelles importantes pour une personne malveillante. Cela inclut :

  • des informations sur la configuration du navigateur :
    • l'activation ou non de Java et de Javascript ;
    • la langue utilisée ;
    • la politique associée aux fichiers de session (cookies) ;
    • la liste des extensions installées (QuickJava, NoScript, etc.) ;
    • une liste de sites visités, si l'historique est activé ;
  • des informations sur le systèmes d'exploitation :
    • le système utilisé, avec le type de plate-forme ;
    • l'adresse publique, et privée, si la machine se trouve dans un réseau « NATé »;
  • des informations sur les modules activés :
    • le langage Java et ses versions ;
    • liste des outils Windows Media, et les extensions qui leur sont associées ;
    • liste des formats ouverts par QuickTime ;
    • liste des formats ouverts avec Shockwave Flash ;
  • etc.

Au bout du compte, cela représente une quantité importante d'informations, qui permettent ensuite de mieux cibler une tentative d'attaque, soit en choisissant sciemment une application suivant la liste retournée, soit par une approche de type « ingénierie sociale ».

Dans l'attente de correctifs, le CERTA rappelle qu'il est vivement recommandé de désactiver Javascript par défaut, et de ne l'employer que sur certains sites de confiance, quand cela s'avère nécessaire.

Si des passerelles filtrant le contenu sont utilisées, il faut également vérifier que des adresses de type resource:// soient correctement filtrées.

5 Le mois des vulnérabilités...

Certains groupes ou particuliers proposent depuis maintenant un an, de dédier un mois à la recherche de vulnérabilités dans un domaine particulier. Les résultats sont mitigés, certaines de ces initiatives correspondant davantage à une annonce tonitruante et publicitaire, d'autres offrant par contre à certains l'occasion de publier des vulnérabilités méconnues.

Le CERTA a suivi et commenté dans ses précédentes publications plusieurs de ces initiatives, comme :

  • MoBB, le Month of Browser Bugs, en juillet 2006 ;
  • MoKB, le Month of Kernel Bugs, en novembre 2006 ;
  • MoAB, le Month of Apple Bugs, en janvier 2007 ;
  • MoPB, le Month of PHP Bugs, en mars 2007 ;
  • MoAxB, le Month of ActiveX Bugs en mai 2007.

Le mois de juin réserve une nouvelle initiative, MoSeB, qui devrait être dédiée aux vulnérabilités dans les moteurs de recherche.

Le CERTA informera ses correspondants à la parution des premières vulnérabilités, si cette initiative se confirme.

6 Quelles relations entre des réseaux sociaux et des activités malveillantes ?

Plusieurs vers récents, ainsi que des courriers de filoutage, ont été développés dans l'objectif de dérober des identifiants de connexion pour des sites offrant des « réseaux sociaux », comme MySpace, LinkedIn, etc. Ces sites offrent à leurs clients des espaces personnels, dans lesquels ils peuvent spécifier leurs loisirs, leurs activités et leurs contacts professionnels, etc. On peut donc se demander pourquoi il existe un tel attrait pour ces identifiants, dont le vol est, selon plusieurs rapports, en croissance. Voici quelques explications :

  • les pages personnelles contiennent souvent des listes de contacts ; quand une personne travaille dans la société X, elle a de fortes chances d'avoir dans ses contacts plusieurs noms de ses collègues. Cette information peut servir pour lancer des attaques d'ingénierie sociale, ou des courriers de filoutage plus réalistes ;
  • les données personnelles permettent de cibler les courriers électroniques commerciaux et publicitaires. Les données collectées peuvent être à valeur d'exemple des dates d'anniversaire, des lieux de résidence, des loisirs, etc. Certaines campagnes de publicité sont par ailleurs rémunérées à l'ouverture des courriers ou à la visite d'une page (Cost Per Action) ;
  • ces « réseaux sociaux » peuvent participer à un faux sentiment de confiance, facilitant les attaques par filoutage. Ils sont souvent utilisés pour des attentes bien précises, comme une recherche d'emploi, ou une recherche de personnes partageant les mêmes loisirs ;
  • les personnes ont malheureusement l'habitude de réutiliser les même identifiants et mots de passe sur plusieurs sites ; l'obtention de ces derniers peut donc ouvrir l'accès à d'autres sites ;
  • etc.

Recommandations du CERTA

Le CERTA rappelle à cette occasion quelques bonnes pratiques :

  • les mots de passe doivent être robustes, et différents pour chaque site ;
  • il faut être vigilant quant aux informations laissées sur les sites, et restreindre si possible l'accès à son « profil » ;
  • il faut adapter la politique de sécurité en tenant compte de cette problématique, et sensibiliser les utilisateurs aux risques ;
  • les courriers électroniques n'offrent par défaut aucune garantie de leur origine ; il faut donc rester méfiant quand ceux-ci demandent de se connecter à un site, ou proposent des offres sur les conseils de....

7 Deux retours sur les problèmes de navigation

7.1 Publicités et liens malveillants

Récemment, une expérience intéressante a été réalisée par un chercheur.

Celui-ci a acheté pour une somme négligeable un domaine et plusieurs mots-clés Google (Google Adwords) pointant vers celui-ci. Les publicités retournées par le moteur de recherche indiquaient clairement que l'utilisateur serait infecté par un virus (le nom donné au domaine étant lui aussi très explicite et indiquant un code malveillant pouvant être téléchargé automatiquement sans action de l'utilisateur). Le descriptif indiquait en effet "Is your PC virus-free? Get it infected here!" (« Est-ce que votre PC est ouvert aux virus ? Venez l'infecter ici ! »). En réalité, les utilisateurs étaient alors simplement dirigés vers une page les remerciant de leur visite.

L'expérience a duré six mois. Sur un total de 259 723 affichages sur des navigateurs d'individus, la publicité a engendré 409 clics, soit environ pour 0.16% des affichages. Ceci n'est pas un nombre très élevé, mais montre que des internautes visitent des liens malgré le descriptif. On remarque également que les moteurs de recherche n'offrent pas nécessairement de garantie sur le type de publicité, ni le contenu des pages qui seront retournées.

Certains cas de véritables publicités malveillantes (pas d'expérience inoffensive ces fois-là) et non explicites ont été signalés.

Le CERTA rappelle donc à cette occasion que :

  • les pages retournées par les moteurs de recherche ne sont pas nécessairement toutes de confiance ;
  • il faut cliquer avec bon sens sur les liens ;
  • le navigateur doit être configuré correctement par défaut, avec l'interprétation de Javascript, Java ou de contrôles ActiveX désactivée par défaut ;
  • la navigation doit se faire depuis des comptes utilisateurs aux droits limités.

7.2 L'exécution automatique au cours de la navigation

Certains codes malveillants utilisent le navigateur de la victime pour infecter sa machine. Une des méthodes fréquemment rencontrée consiste à utiliser du code JavaScript dans une page web vulnérable mettant en œuvre la méthode ShellExecute de l'API (Advanced Programming Interface) Windows. Cette fonction permet l'exécution ou l'interprétation d'un fichier si son extension (comme ".exe" par exemple) est connue du système.

Une façon simple de limiter l'impact d'une telle infection consiste dans un premier temps à désactiver par défaut la mise en œuvre des JavaScript dans le navigateur. Il est également fortement recommandé de ne pas naviguer avec une session administrateur ou qui en aurait les mêmes droits.


8 Rappel des avis émis

Durant la période du 11 au 17 mai 2007, le CERTA a émis les avis suivants :

  • CERTA-2007-AVI-217 : Multiples Vulnérabilités des produits CA
  • CERTA-2007-AVI-218 : Vulnérabilité dans MySQL
  • CERTA-2007-AVI-219 : Multiples vulnérabilités dans Samba
  • CERTA-2007-AVI-220 : Vulnérabilité dans HP Systems Insight Manager

Pendant la même période, les avis suivants ont été mis à jour :

  • CERTA-2007-AVI-214 : Vulnérabilités dans Novell NetMail

    (précision sur la nature de la vulnérabilité)

  • CERTA-2007-AVI-219-001 : Multiples vulnérabilités dans Samba

    (ajout des références aux bulletins de sécurité Debian, Ubuntu et Gentoo)


Liste des tableaux

Gestion détaillée du document

18 mai 2007
version initiale.


CERTA
2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-03-28