Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2007-ACT-038

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 21 septembre 2007
No CERTA-2007-ACT-038

Affaire suivie par :

CERTA

Objet : Bulletin d'actualité 2007-38


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-038

Gestion du document

Une gestion de version détaillée se trouve à la fin de ce document.

Le bulletin d'actualité est disponible dans son intégralité et au format PDF à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-038.pdf

Un extrait du bulletin, ne reprenant que les articles de la semaine, se trouve en HTML à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-038/

1 Les serveurs Web, une plate-forme d'attaque intéressante

Au cours d'incidents récents, le CERTA a découvert, sur des serveurs Web compromis, de nombreux robots écrits en php. Ces robots sont tous similaires : ils ont pour fonctionnalité de se rendre sur des canaux irc de serveurs parfois privés et se mettent en attente d'instructions d'attaques.

Le modèle de ces attaques est assez naïf. Elles consistent à donner des ordres de faire des recherches de vulnérabilités en utilisant des moteurs connus (Google, Yahoo!, MSN search, Lycos, etc.). Les vulnérabilités ainsi recherchées concernent toutes des failles connues d'applicatifs Web écrits en php (par exemple, les composants Joomla!, eva-web, etc.). Le robot irc construit une adresse réticulaire (url) en agrégeant le chemin d'un script php (qui va typiquement télécharger et exécuter un robot irc) aux résultats de la recherche. Cette url permet de compromettre les machines dont le nom est retourné par le moteur de recherche.

Ces attaques permettent ainsi de créer un réseau de machines zombie, ou botnet, constitué uniquement de serveurs Web. Les serveurs compromis de cette façon sont généralement utilisés par de nombreux intrus, chacun déposant par la suite des outils. Il n'est donc pas rare de trouver des serveurs Web hébergeant des dizaines de robots irc.

Les robots découverts par le CERTA se connectent généralement sur le port 6667/tcp de serveurs irc. Toutefois, il est possible qu'à l'avenir, ces derniers utilisent d'autres ports pour contourner certaines règles de filtrage.

C'est la raison pour laquelle il est conseillé de mettre en place d'un filtrage en sortie dont le but est d'interdire au serveur Web d'établir n'importe quelle connexion vers d'autres serveurs. Il est également fortement recommandé de consulter régulièrement les journaux des pare-feux ainsi que les journaux d'accès du serveur Web.

2 Problèmes concernants les lecteurs multimédia

2.1 Apple QuickTime

L'alerte du 13 septembre 2007 CERTA-2007-ALE-014 concernant Quicktime et Mozilla Firefox portait sur l'exécution possible de code arbitraire par le navigateur via l'ouverture d'un fichier au format Quicktime spécifiquement construit. La vulnérabilité du côté de Firefox a rapidement été corrigée avec la version 2.0.0.7, qui a désactivé la possibilité d'exécuter des scripts arbitraires avec l'option -chrome. Toutefois, un problème existe encore au niveau du lecteur multimédia, du fait :

  • qu'il fait appel directement en ligne de commandes à des navigateurs par simple lecture du fichier de données ;
  • qu'il semble ne pas filtrer les entrées de l'option qtnext ;
  • qu'il ne propose à l'utilisateur aucun moyen de désactiver la fonctionnalité qtnext et donc des connexions sortantes ou, au minimum, l'exécution de scripts.

En d'autres termes, il n'est pas possible, à la date de rédaction de ce bulletin, de spécifier dans la configuration QuickTime qu'il doit rester passif, et ne pas chercher à initier de connexions. Il ne peut pas fonctionner en simple lecteur multimédia (à moins d'effectuer une autre action, comme débrancher le câble, éteindre la carte WiFi, ou bloquer les connexions sortantes au niveau d'un pare-feu local).

Si l'alerte portait principalement sur la vulnérabilité de Quicktime avec Firefox comme navigateur par défaut, une autre publication montre qu'il est également possible d'utiliser Internet Explorer pour effectuer le même type d'actions. A la date de rédaction de ce bulletin, aucun code de démonstration ne permet de prouver clairement l'exécution de code arbitraire, toutefois il est possible qu'une personne puisse exécuter certaines commandes à distance, comme :

  • ouvrir des répertoires ;
  • perturber le lecteur et provoquer une erreur.

Le CERTA a choisi de ne pas faire d'alerte pour le moment, mais il est vivement recommandé de rester vigilant et méfiant quant à l'usage d'applications telles que QuickTime ou Microsoft Windows Media Player.

2.2 Microsoft Windows Media Player

Une autre publication montre un comportement similaire pour le lecteur multimédia Windows Media Player. Au moins une option d'un fichier au format Media Player permet en effet de spécifier une URL à afficher dans le lecteur pendant la lecture du contenu du fichier (HTMLView). Certaines fonctions Javascript semblent filtrées, ce qui limite les possibilités d'exploitation par une personne malveillante. Toutefois, toute connexion sortante présente un risque pour l'utilisateur, et encore plus lorsqu'elle n'est pas maîtrisée et non désactivable comme c'est le cas. Pire encore, le navigateur utilisé est obligatoirement Internet Explorer, ce qui présente un risque majeur dans la mesure où le choix du navigateur est forcé. En effet, toute vulnérabilité d'Internet Explorer serait ainsi potentiellement exploitable via l'ouverture d'un fichier par le lecteur multimédia de Windows, même si l'internaute utilise un navigateur alternatif. Heureusement, les versions 10 et 11 de Windows Media Player provoquent l'affichage d'un avertissement lorsqu'une cette option HTMLView est utilisée. Ces versions ne sont toutefois pas encore mises à jour par défaut excepté sur Windows Vista.

2.3 Ce qu'il faut retenir

D'autres lecteurs multimédia sont probablement affectés par le même type de problème, qui est plus une fonctionnalité qu'une vulnérabilité. La phase de correction n'est pas simple à faire, car la vulnérabilité intervient par l'intéraction de deux applications. Les développeurs voient chacun le problème comme un détournement de fonctionnalité de leur application, et ne sont pas toujours prêts à proposer une solution pour éviter le problème.

L'utilisateur est, lui, directement exposé à la vulnérabilité. Il dispose d'applications multimédia incontrôlables, pouvant interpréter beaucoup de choses dans des fichiers aux formats trop riches, sans pour autant pouvoir restreindre cette liberté.

Le CERTA recommande donc l'utilisation d'un lecteur permettant de désactiver ou n'ayant pas ce type de fonctionnalité, ou au minimum permettant l'affichage de fenêtres d'avertissements.

Documentation

Alerte CERTA-2007-ALE-014 du 13 septembre 2007 :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ALE-014/index.html

3 La couche MAC

Des techniques d'attaques détaillées il y a plusieurs années ne sont pas moins dangereuses et inutiles à considérer. Preuve en est avec l'usurpation d'adresses MAC. Le protocole ARP, Address Resolution Protocol, se charge de la traduction d'une adresse IP en adresse MAC. L'usurpation, elle, s'appuie sur la propriété de cache, i.e. de stocker temporairement la correspondance entre une adresse IP et une adresse MAC.

Prenons deux machines A et B dans un réseau interne, ainsi qu'une machine voisine, pouvant communiquer avec certaines d'entre elles1. La machine malveillante annonce ouvertement aux machines voisines (dans sa zone de diffusion broadcast) que l'adresse IP A correspond par exemple à sa propre adresse MAC. Si la machine légitime A ne répond pas rapidement, la machine B peut provisoirement stocker cette nouvelle correspondance. Elle échangera donc des données avec la machine malveillante, les trames intégrant la nouvelle adresse. La machine laisée, quant à elle, ne verra pas ce nouveau trafic, car l'adresse MAC de destination ne lui correspondra pas.

Rien de bien nouveau donc. Le CERTA signale cependant que des attaques de ce type ne disparaissent pas, bien au contraire, et peuvent être mises en œuvre dans des codes malveillants. Cela permet de propager divers codes, sans pour autant éveiller l'attention d'administrateurs réseau qui ne surveilleraient que des couches protocolaires plus élevées (journaux du pare-feu par exemple).

Parmi les scénarios possibles :

  1. une machine est contaminée dans le réseau, d'une manière ou d'une autre ;
  2. le code malveillant installé écoute le trafic à proximité, et émet des réponses ARP en lieu et place des passerelles de routage ;
  3. les machines dupées du réseau font transiter leurs requêtes par la machine corrompue ;
  4. cette dernière relaie les paquets, en modifiant certains paquets particuliers, comme les réponses HTTP. Elle y insère du code malveillant (code javascript par exemple, ou exploitant une vulnérabilité d'un navigateur) ;
  5. la machine dupée peut alors être à son tour compromise, effectuer une opération similaire, etc.

Ce scénario n'est pas impossible, même s'il ne peut fonctionner que sous certaines conditions. Il permet de propager localement du code malveillant sur un ensemble de machines.

Pour se prémunir de ce genre d'attaques, plusieurs actions doivent être considérées comme :

  • cloisonner les réseaux ;
  • avoir une politique de filtrage (trafic entrant et sortant) rigoureuse.

Il est également important de surveiller le trafic à ce niveau. Plusieurs solutions sont disponibles, soit sous forme d'outils indépendants (arpwatch sous Linux par exemple), soit sous forme de modules en complément d'un pare-feu ou d'une sonde réseau de détection d'intrusion (IDS). Elles servent principalement à surveiller toute modification visible de l'association IP/MAC. Il faut néanmoins prendre le temps de l'adapter à l'environnement et d'interpréter les retours fournis.

4 Les beaux supports de données amovibles tout neuf ou de retour de réparation

Le CERTA traite fréquemment des incidents (propagation virale en majeure partie) dont l'élément déclencheur est l'insertion d'une clef USB infectée. Ce vecteur d'infection par support de données amovible n'est pas nouveau puisqu'il était l'un des plus fréquents à l'époque où les disquettes étaient encore massivement utilisées. Comme à cette époque, il convient de rester sensible au fait qu'un support amovible représente un élément étranger au système d'information, et par conséquence, reste un élément non sûr jusqu'à preuve du contraire, y compris quand ce support sort de son emballage.

En effet, plusieurs affaires ont eu pour cause d'infection l'insertion d'un support amovible USB fraichement déballé. Il faut prendre garde que le terme « support de données amovible USB » englobe aussi bien les clés USB, que les disques durs externes, les lecteurs MP3, les appareils photos numériques, les cadres photo, etc.

Ce fut ainsi le cas fin 2006 quand une grande marque de baladeur MP3 a vendu une série infectée d'un code malveillant.

Le problème n'est pas tant de savoir comment ce type d'infection peut avoir lieu dans une chaîne de production, mais plutôt de s'assurer que l'on prend les précautions nécessaires permettant de se protéger contre ces supports infectés :

  • considérer tout élément extérieur au système d'information comme potentiellement hostile, et donc, le brancher une première fois sur un système non critique, non connecté à un réseau (Internet ou réseau interne) ;
  • désactiver l'exécution automatique (autorun). Pour ce faire, sous Windows, changez la valeur NoDriveTypeAutoRun de la clef
    [HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\CurrentVersion\Policies\Explorer]
    
    et attribuez-lui la valeur dword:000000ff (cf. CERTA-2006-INF-006);
  • vérifier les fichier présents (y compris les fichiers systèmes et les fichiers cachés) et désinfecter le support ;

Enfin, vous pouvez contacter le CERTA pour tout contenu suspect que vous trouverez.

Les remarques précédentes sont également valables pour tout geste commercial sous forme de clés USB, cédérom ou autre support de données amovibles.

5 Restauration automatique d'un système

Il existe certaines techniques pour qu'à chaque redémarrage de l'ordinateur, le système d'exploitation et plus largement tout ou partie du contenu du disque dur soit ré-initialisé ou remis dans un état dit « initial ». De prime-abord, cette solution peut être attrayante dans le cadre de la gestion d'un parc informatique homogène. En effet, il suffit d'un redémarrage pour voir l'ordinateur débarrassé des éventuelles installations sauvages, virus...On peut trouver ainsi plusieurs façons de mettre en œuvre ce procédé. Un exemple peut être la récupération du « master » par le réseau. Mais il existe également des solutions matérielles installables dans la machine et qui vont prendre en charge toutes les opérations d'écriture sur le disque. Ainsi, à partir du moment où ce périphérique est installé et configuré dans une machine, les opérations suivantes d'écriture sur le disque seront traitées de façon particulière pour qu'au prochain redémarrage, elles n'aient pas affecté le contenu initial du disque.

Ces solutions posent tout de même des problèmes en terme de sécurité. En effet, lorsque l'on fige le contenu d'un système à un instant donné, il sera impossible d'appliquer des correctifs ultérieurs (problème du « master » vulnérable). Ainsi, à chaque redémarrage, c'est une machine vulnérable que l'on obtient. D'autre part lors d'une analyse post-mortem, un simple arrêt de la machine fera « disparaître » un certain nombre d'éléments utiles à l'analyse : dates de dernier accès des fichiers, fichiers contenant une copie du code maveillant ou les fichiers de journalisation...Enfin certains dispositifs utilisent tout de même le disque dur pour enregister les modifications temporaires par le biais de fichiers (souvent dans un format propriétaire). Ceci rajoute du « bruit » sur le disque néfaste à une éventuelle autopsie. Ces problématiques doivent être bien prises en compte lors du déploiement de ce genre de technologies dans un parc de machines.

6 Les messageries instantanées, risques immédiats ?

6.1 Constatation

Les messageries instantanées (IM) sont souvent installées sur des postes. Elles peuvent être fournies avec une distribution particulière d'un système d'exploitation, mais sont souvent installées a posteriori par l'utilisateur, en fonction de celles de ces contacts.

Il n'est donc pas rare de trouver des installations de celles-ci sur des machines en cours d'analyse.

L'objectif de cette publication est de bien faire comprendre que cela peut engendrer des risques complémentaires importants.

Comme de nombreuses applications, les logiciels de messagerie se sont vus doter de fonctionnalités au fil des mois. Outre une messagerie texte instantanée, il est maintenant possible de :

  • gérer du trafic audio et video, par le biais d'une webcam ou d'un microphone ;
  • utiliser la messagerie comme moyen de téléphonie sur IP ;
  • télécharger et interpréter des chaînes de caractères avec des « émo-icônes » ;
  • offrir des espaces de partage de fichiers ;
  • échanger des données sous un format quelconque ;
  • interpréter des adresses (URL) ;
  • écrire des messages dans un format dynamique ou interprété (HTML, Javascript) ;
  • envoyer des actions pré-définies sur l'ordinateur distant ;
  • stocker des listes de contacts, avec leurs informations personnelles ;
  • utiliser la messagerie comme outil de rapport d'événement (reporting) ;
  • conserver par défaut un historique des conversations et toute autre transaction.
  • etc.
La liste ci-dessus n'est pas exhaustive, les logiciels pouvant évolués très rapidement.

6.2 Les risques

Le lecteur aura bien compris, avec le paragraphe précédent, que les logiciels de messagerie offrent une surface d'attaque très large pour les personnes malveillantes. Voici à titre d'information, quelques vulnérabilités recensées en 2007 :

  • pour MSN Messenger : CVE-2007-2931, CVE-2007-4579, CVE-2007-3436 ;
  • pour Cerulean Studios Trilian : CVE-2007-3305, CVE-2007-3833, CVE-2007-3832, CVE-2007-2479, CVE-2007-2478, CVE-2007-2118 ;
  • pour aMSN (Alvaro's Messenger) : CVE-2007-2195 ;
  • pour Pidgin/Gaim : CVE-2007-3841 ;
  • pour AIM (AOL Instant Messenger) : CVE-2007-4901, CVE-2007-3833, CVE-2007-3832, CVE-2007-3437, CVE-2007-3350, CVE-2007-1904 ;
  • pour Yahoo Messenger : CVE-2007-5017, CVE-2007-4635, CVE-2007-4515, CVE-2007-4391, CVE-2007-3928, CVE-2007-3638, CVE-2007-3148, CVE-2007-3147, CVE-2007-1680, CVE-2007-0868, CVE-2007-0768 ;
  • pour Jabber Server : CVE-2007-3910, CVE-2007-0903 ;
  • pour iChat : CVE-2007-3748, CVE-2007-2390, CVE-2007-0710, CVE-2007-0614CVE-2007-0021 ;
  • pour mIRC : CVE-2007-4402, CVE-2007-4401.

Il y a plus d'une centaine de clients disponibles gratuitement sur l'Internet, supportant les protocoles courants. Plusieurs logiciels combinent des clients différents, et mettent en œuvre des protocoles différents. Ils cumulent ainsi plusieurs vulnérabilités. Par ailleurs, la mise à jour n'est pas toujours immédiate. Leur installation engendre enfin régulièrement des exceptions dans les règles de pare-feux locales, ce qui crée également des portes d'entrées intéressantes pour les codes malveillants.

A cette liste s'ajoutent des risques classiques de messagerie, comme l'incitation à cliquer sur un lien pour visiter une page malveillante ou installer un code de type « cheval de Troie ». Le côté « instantané » et « multiplexé » (plusieurs conversations en même temps) réduit le temps de réflexion.

Il faut bien comprendre que des codes malveillants circulent sur l'Internet en permanence, pour exploiter la plupart des vulnérabilités citées précédemment. Certains sont médiatisés, d'autres moins.

Le CERTA ne publie pas régulièrement d'avis sur ces applications, mais tient à rappeler le risque potentiel qu'elles peuvent faire courir aux systèmes sur lesquelles elles sont installées.

Il est possible de déployer en interne sa propre architecture de messagerie, en accord avec la politique de sécurité en vigueur. Si cette option n'est pas nécessaire, alors il est vivement recommandé d'éviter l'utilisation de telles applications, et de sensibiliser les utilisateurs sur le sujet.


7 Rappel des avis émis

Dans la période du 14 au 20 septembre 2007, le CERTA a émis les avis suivants :

  • CERTA-2007-AVI-404 : Vulnérabilité de Qt
  • CERTA-2007-AVI-405 : Vulnérabilités multiples d'OpenOffice
  • CERTA-2007-AVI-406 : Vulnérabilité de OmniPCX Entreprise
  • CERTA-2007-AVI-407 : Vulnérabilité dans Firefox
  • CERTA-2007-AVI-408 : Vulnérabilité de WinSCP

Le CERTA a également mis à jour l'alerte suivante :

  • CERTA-2007-ALE-014 : Vulnérabilité dans Apple QuickTime


Liste des tableaux

Gestion détaillée du document

21 septembre 2007
version initiale.



Notes

... elles1
Les réseaux WiFi ne sont pas abordés dans cet article, mais le même scénario d'attaque est tout à fait envisageable dans un tel environnement, car facilité par l'absence d'un périmètre de contrôle physique.

CERTA
2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-05-24