Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2007-ACT-049

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 07 décembre 2007
No CERTA-2007-ACT-049

Affaire suivie par :

CERTA

Objet : Bulletin d'actualité 2007-49


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-049

Gestion du document

Une gestion de version détaillée se trouve à la fin de ce document.

Le bulletin d'actualité est disponible dans son intégralité et au format PDF à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-049.pdf

Un extrait du bulletin, ne reprenant que les articles de la semaine, se trouve en HTML à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-049/

1 Des incidents traités cette semaine

1.1 L'affichage d'une page en fonction de la navigation de l'utilisateur

1.1.1 L'incident

Le CERTA a traité cette semaine la défiguration d'un site Web. Celle-ci était particulière, car la page modifiée apparaissait de manière intermittente aux utilisateurs se rendant sur le site : tantôt ils y trouvaient la page légitime, tantôt celle d'un blog, ou bloc-notes. La navigation sur cette dernière page provoquait alors plusieurs requêtes en cascade vers d'autres sites distants.

Il s'avère, après analyse, que le fichier .htaccess a été modifié. La nouvelle version effectuait pour chaque visite un filtre sur le champ Referer; en d'autres termes, elle se préoccupe du moyen utilisé pour parvenir à cette page. Si l'utilisateur se rend sur le site suite à un résultat obtenu par un moteur de recherche, il est automatiquement redirigé vers la mauvaise page. S'il tente d'accéder au site directement en tapant l'adresse dans son navigateur, la page apparaît normalement.

La nouvelle page .htaccess est donc de la forme :

RewriteEngine On

# Recherche des personnes venant apr�s visite sur un moteur de recherche
RewriteCond %{HTTP_REFERER} .....*(google|msn|yahoo|....
RewriteCond %{HTTP_REFERER} .....(q|query|searchfor|...)\=

# Ces derniers sont dirig�s vers une page diff�rente
RewriteRule ^.*$ maPageMalveillante

La modification du fichier a été possible pour deux raisons :

  • certaines variables dans des scripts PHP ne sont pas correctement contrôlées, et permettent d'insérer de nouveaux scripts PHP qui sont ensuite interprétés sur le serveur ;
  • le fichier .htaccess d'origine a des droits trop laxistes qui permettent au code précédent de le modifier.

Le CERTA avait mentionné ce même problème dans un article relativement récent publié dans CERTA-2007-ACT-047.

Cet incident montre que la simple visite régulière sur la page d'accueil du site ne permet pas de visualiser systématiquement une défiguration. Il est donc important que tout utilisateur signale un comportement anormal, car celui-ci n'est pas toujours directement visible par les responsables du site. Ces derniers, de leur côté, doivent régulièrement vérifier l'intégrité du site et consulter les journaux du serveur afin de mettre en évidence de telles activités.

1.1.2 Les motivations

Cette défiguration particulière a pour principal objectif d'exploiter la navigation des personnes se rendant sur le site depuis un moteur de recherche. Cette méthode peut paraître surprenante sous certains abords, mais est l'illustration de l'article du précédent bulletin d'actualité sur le détournement du service des moteurs de recherche :

Le site de cette administration sert de moyen pour « amplifier » artificiellement la côte de fréquentation de certains sites associés à des mots-clés. Ces sites, affichés par cette méthode comme pertinents dans les moteurs de recherche (pour des mots-clés donnés), contiennent des codes malveillants : ceux-ci tentent d'exploiter plusieurs vulnérabilités lors de la navigation par l'utilisateur.

Le site défiguré peut également servir pour effectuer de nouvelles injections de codes vers d'autres sites, et rediriger directement l'utilisateur « exploité » vers d'autres pages dangereuses pour son poste.

1.2 Encombrement de tuyaux

Cette semaine, le CERTA a traité un incident relatif à la messagerie. Ces derniers jours, une augmentation du volume des courriers non désirés semble avoir pénalisé le traitement de courriers légitimes par certains serveurs de messagerie. Cette hausse concerne plus particulièrement des avis de non distribution ou NDR (Non Delivery Report). Ces courriers, qui ne semblent pas contenir de charge malveillante, sont envoyés à des adresses erronées en ayant pris soin au préalable d'usurper une adresse de retour. C'est alors que le principe des avis de non distribution s'applique, le courrier arrivant à une adresse erronée est renvoyé à l'adresse de retour pour signifier de la non-remise. Cette technique permet à des personnes malveillantes de surcharger les serveurs de messagerie.

Plusieurs solutions peuvent permettre de réduire l'impact de ces attaques, que ce soit pour limiter celui d'une réception massive de NDR, ou pour éviter de participer involontairement à celles-ci :

  • identifier et bloquer un réseau de machines compromises à l'origine des envois. Cette tâche peut cependant s'avérer très difficile dans le cas d'un réseau distribué sur l'Internet ;
  • filtrer en amont les avis de non distribution ou NDR ;
  • limiter le nombre d'envois d'avis de non distribution par jour et par domaine ;
  • prendre la décision de ne plus envoyer les avis de non distribution. Cette solution ne respecte pas les standards, et notamment le RFC 2821 (cf. Section 3.7) du protocole Simple Mail Transfer Protocol (SMTP). Elle a été néanmoins appliquée chez certains fournisseurs de messagerie, et est mentionnée dans des documents Microsoft de configuration Exchange.

Les trois solutions précédentes peuvent perturber l'utilisateur légitime, qui n'aura pas de retour sur l'envoi de son courrier. Ces solutions doivent donc être considérées en toute connaissance de causes.

Dans tous les cas, il est important de journaliser ces événements afin de pouvoir en faire une analyse approfondie a posteriori.

3.4 Documentation

2 Windows Vista Service Pack 1 RC

Le premier Service Pack pour Windows Vista sera disponible publiquement en version release candidate la semaine prochaine, et il est d'ores-et-déjà proposé aux abonnés des services Technet et MSDN. Ceci est la dernière phase avant la sortie de la version release-to-manufacturing. Cet article a pour but de détailler les changements les plus importants apportés par ce service pack.

Cette mise à jour, dont la version définitive sortirait début 2008, contiendra notamment toutes les mises à jour disponibles précédemment via Windows Update. De nouvelles améliorations dites de « qualité » y seraient également présentes : améliorations de performance (mise en veille prolongée, transferts de fichiers, Internet Explorer 7, durée de charge des batteries, etc.), de fiabilité (compatibilité, pilotes) mais aussi de sécurité (amélioration de RemoteApp, Remote Desktop Protocol, et ajout d'un nouveau générateur pseudo-aléatoire).

Deux améliorations de Bitlocker seront également apportées. Il sera maintenant possible de chiffrer tous les volumes et non plus le volume du système seul, et un nouveau mode d'authentification sera proposé, basé sur le TPM (Trusted Platform Module) combiné à une clé USB et un code PIN. Le défragmenteur de disque sera aussi mis à jour et il sera enfin possible de choisir les partitions à défragmenter.

Un autre changement important est la suppression de l'outil GPMC (Group Policy Management Console) du système d'exploitation ; il sera maintenant nécessaire (comme sur les autres systèmes) de le télécharger.

Enfin, le Service Pack 1 ajoute les fonctionnalités suivantes :

  • support du nouveau système de fichiers exFAT (extended File Allocation Table) ;
  • support du démarrage réseau pour les versions 64 bits utilisant l'EFI (Extensible Firmware Interface) ;
  • installation de DirectX 10.1 ;
  • support du Secure Digital Advanced Direct Memory Access ;
  • ajout du protocole SSTP (Secure Socket Tunneling Protocol) utilisé pour les VPN.

Si ce premier service pack n'est pas aussi révolutionnaire que l'a été par exemple le deuxième service pack de Windows XP, il apporte toutefois quelques améliorations intéressantes.

Comme toute mise à jour importante, il est toutefois recommandé d'attendre la sortie de la version définitive de ce service pack pour l'installer.

7.0.1 Documentation

3 Retour sur la fin du MoBiC

Le CERTA avait abordé le sujet du MoBiC (Month Of Bug In Captchas) dans ses bulletins d'actualité CERTA-2007-ACT-044 et CERTA-2007-ACT-046. Le MoBiC a pris fin le week-end dernier et l'auteur propose un bilan. 32 systèmes de Captcha ont été testés, 75 vulnérabilités ont été trouvées, et à la date du 1er décembre, seulement 5 ont été corrigées.

3.1 Présentation

Les Captchas (Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Human Apart) sont des systèmes maintenant bien connus qui permettent de vérifier la présence d'un humain lors d'une action en ligne. Souvent sous la forme d'une image contenant du texte déformé à recopier, ils sont par exemple utilisés pour l'ouverture de nouveaux comptes de messagerie. Il ne s'agit pas d'éléments de sécurité mais de contrôle permettant de lutter contre l'utilisation automatique et illicite d'un site ; par exemple pour éviter la création automatique de comptes de messagerie permettant l'envoi de SPAM.

3.2 La problématique

Plusieurs failles avaient été abordées dans le bulletin d'actualité CERTA-2007-ACT-046. La plupart permettent de contourner le principe de contrôle qu'est censé fournir un Captcha. Par exemple, si le nombre d'images pouvant être créées n'est pas assez grand, il est possible de réaliser une table associant les images et les valeurs attendues et à l'aide de cette table de contourner le Captcha en question sur l'ensemble des sites où il sera utilisé. Mais le MoBiC a aussi mis en avant que plusieurs modules de Captchas sont vulnérables à des attaques de type XSS (Cross Site Scripting) ou à des injections SQL. Bien qu'il s'agit de petits modules qu'il est facile d'oublier de mettre à jour et qui ne sont pas toujours considérés comme un logiciel à part entière, ces outils de contrôle sont des briques logicielles pouvant contenir des vulnérabilités importantes qui se répercutent sur les sites où elles sont utilisées.

3.3 Conclusions

Le CERTA recommande qu'avant la mise en place d'un tel système, et comme pour tout logiciel tiers, il soit évalué ainsi que son impact et son intérêt. Il faut éviter d'utiliser des modules « gadgets » au maintien douteux et sans correctif régulier, et privilégier des éditeurs sérieux. Et il faut bien sûr ensuite le maintenir à jour.

3.4 Documentation

4 Gestion du temps et synchronisation sous Windows

Lorsque le CERTA est amené à analyser une machine compromise, un des points d'entrée est souvent les journaux du système. Pour qu'ils soient pertinents, l'horodatage de ces journaux doit être cohérent avec celui des autres élements du réseau : passerelle de messagerie, pare-feu ou serveur web... Pour obtenir cette cohérence, il est indispensable d'utiliser une base de temps fiable sur laquelle les machines du SI (Système d'Information) vont se synchroniser. Il est fréquent d'employer le protocole NTP (Network Time Protocol) sur le port 123/udp (RFC-1305, RFC-4330). On trouve d'ailleurs sur l'Internet une hiérarchie de serveurs publics repartis en strates fournissant une source de temps fiable. Certains de ces serveurs utilisent une horloge atomique comme source primaire. Il est aussi possible d'utiliser un signal radio émis par Radio France pour effectuer cette opération via une antenne particulière.

Le cas le plus fréquent est de disposer dans son réseau d'une source de temps sous la forme d'un serveur NTP synchronisé sur un référentiel extérieur comme un serveur publique de l'Internet. Il conviendra dans ce cas de ne pas se limiter à une seule source extérieure mais plutôt à un « pool » de serveurs publics. Ainsi, la source locale de temps ne sera pas mise en défaut si son référentiel extérieur venait à disparaître. En outre, une synchronisation unique et initiale n'est pas suffisante pour les éléments du SI. En effet, il est possible de rencontrer des machines sujettes à des dérives de temps relativement importantes pouvant aller jusqu'à 1 heure par semaine (cas déjà observé). Ceci est souvent dû à des horloges internes défaillantes ou mal utilisées par le système d'exploitation. Il sera donc indispensable de procéder à des synchronisations régulières dont la fréquence sera à adapter en fonction des éventuelles dérives constatées. Le système d'exploitation Windows de Microsoft n'échappe pas à la règle et doit être paramétré dans un environnement de production. Le lien http://support.microsoft.com/kb/314054 détaille la façon dont peut être configuré le client NTP sur ce système d'exploitation.

L'intervalle de temps entre les ajustements est par exemple défini par la clé suivante :

HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\W32Time\Config\UpdateInterval

La valeur par défaut donnée par Microsoft est de 100 secondes pour les contrôleurs de domaine, et 360000 secondes pour les postes clients et serveurs standards. Il est donc fortement recommandé de réduire cette valeur.

Documentation associée

5 USB Mass Storage : quand la base de registre vous rend service

Avec l'arrivée des clefs USB U3 et la généralisation de l'utilisation de support de stockage de masse USB comme média d'échange de fichiers, il devient nécessaire de prendre en compte cette évolution dans l'élaboration de la sécurité d'un système d'information. Le CERTA a déjà publié de nombreux articles et notes sur le danger des clefs USB, le danger des clefs U3 (cf. CERTA-2006-INF-006), ou encore sur les problèmes de conditionnement (cf. CERTA-2007-ACT-040).

De manière radicale, un des moyens les plus simples est de désactiver totalement les pilotes permettant le chargement de clefs USB. Pour cela, la base de registre peut être d'un grand secours. En effet, la clef suivante:

HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Services
permet un contrôle total sur l'ensemble des pilotes matériels, des pilotes systèmes, ainsi que des pilotes de services WIN32. Chaque pilote est décrit par une clef de registre contenant plusieurs valeurs (cf. http://support.microsoft.com/kb/103000 pour plus de précisions sur ces valeurs). Une de ces valeurs est particulièrement intéressante : Start. Cette valeur permet de définir la manière dont le pilote est chargé :
0x00
le pilote est chargé au moment du démarrage (par le boot loader);
0x01
le pilote est chargé au moment de l'initialisation du noyau ;
0x02
le pilote est chargé automatiquement au démarrage du système d'exploitation ;
0x03
le pilote est chargé par le système d'exploitation à la demande, faisant suite à une action de l'utilisateur (l'insertion d'une clef USB, par exemple) ;
0x04
le pilote ne sera jamais chargé.

Il est alors facile de désactiver le chargement des pilotes USB en attribuant le DWORD 0x04 à la valeur Start des clef suivantes, par exemple :

HKLM/TT> : pour désactiver le support du stockage de masse USB ;
HKLM/TT> : pour désactiver totalement le pont USB ;
HKLM/TT> : pour désactiver le support du protocole USB1;
etc. : plein d'autre drivers existent, qu'il faut découvrir en fonction du matériel.

Il faut enfin faire attention à la désactivation totale du support de l'USB, car cela perturbe aussi la connectique de la souris et du clavier en USB...

Documentation

  • Note d'information CERTA-2006-INF-006, « Risques associés aux clés USB » :
    http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2006-INF-006/
    
  • Bulletin d'actualité CERTA-2007-ACT-040, « Les applications contenues sur une clé » :
    http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-040.pdf
    
  • Microsoft KB 103000, "CurrentControlSet\

    6 Les claviers sans fil Microsoft

    6.1 L'actualité

    Différents articles ont rapporté l'information suivante pendant la semaine : la méthode de chiffrement employée dans certains claviers sans fil de Microsoft aurait été "cassée". Cette découverte permet à un individu malveillant d'intercepter les communications entre les périphériques et la base. Ces communications se font par ondes radio avec la bande de fréquence de 27 MHz. Elles transportent entre autres les frappes clavier effectuées. Cette interception n'est possible qu'à courte distance (environ dix mètres) et ce à l'aide d'une simple radio. Il n'est pas exclu que des récepteurs plus sensibles puissent effectuer cette capture à des distances plus élevées. Il est également possible d'intercepter les communications de plusieurs périphériques avec le même appareil. Le mécanisme de chiffrement repose selon les auteurs sur un opération "ou exclusif" (xor) avec un seul octet de donnée aléatoire. Il n'existe donc que 256 clés différentes possibles.

    6.2 Les recommandations

    Le CERTA tient donc à attirer l'attention sur les risques liés au déploiement de ces matériels. L'utilisation des périphériques sans fil pose les problèmes suivants :

    • l'impossibilité de mettre à jour le matériel ;
    • les protocoles utilisés sont propriétaires, il est donc plus difficile d'éprouver leur robustesse ;
    • les réseaux sans fil ne procurent pas de cloisonnement physique permettant une limitation des risques.

    Le CERTA recommande de bien prendre en compte l'ensemble de ces problèmes avant le déploiement des ces matériels.

    7 Retour sur WPAD

    Microsoft a publié cette semaine un nouveau bulletin sur la vulnérabilité affectant WPAD. Ce bulletin KB945713 n'est qu'un rappel des éléments déjà rapportés dans les bulletins d'actualité CERTA-2007-ACT-013 et CERTA-2007-ACT-048.

    7.0.1 Documentation

    8 Les organisations des sites malveillants

    8.1 Présentation

    Le CERTA a mentionné dans un précédent article du bulletin CERTA-2007-ACT-029 une architecture possible de gestion des machines zombies. Il s'agissait notamment pour une personne malveillante en possession d'un nom de domaine, de pointer selon certains critères (choix aléatoire, roulement régulier round-robin, géolocalisation de l'adresse IP de la machine victime, etc.) vers l'une des machines compromises sous son contrôle. Cette résolution dynamique implique qu'un nom unique peut correspondre, au cours d'une période relativement courte à plusieurs machines physiques distinctes.

    http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2007-ACT-029.pdf
    

    Cette organisation est différente de celles plus anciennes, consistant à associer plusieurs noms de domaines vers une unique adresse IP.

    Quelques publications sur l'Internet distinguent ainsi ces architectures :

    • celles nommées single-flux, où un seul domaine est en jeu : plusieurs machines compromises servent alors de relais vers l'un des sites malveillants mis en place. Le domaine géré permet d'orienter les requêtes vers ces machines relais uniquement. Cette technique se caractérise par une « durée de vie » de la résolution de noms DNS relativement courte, souvent de quelques minutes. Un scénario est caractérisé par la figure 1 : une personne est dirigée, par le biais d'un clic dans un courriel, ou un cadre non visible inséré dans une page légitime ou un fichier .htaccess modifié sur un site de confiance par exemple, vers le site www.SiteMalveillant.
    • celles nommées double-flux, où un seul serveur de nom peut avoir plusieurs adresses IP. Il y a un « double » flux, car dans un premier temps, la requête DNS effectuée vers www.SiteMalveillant sera redirigée vers l'une des machines d'adresse IP1 à IPn. Celles-ci, en fonction des instructions retournées par un coordinateur (aussi appelé Command and Control ou C&C), redirige dans un second temps les requêtes HTTP vers l'une des machines d'adresses IP1 à IPn. Les machines compromises servent donc, comme l'illustre la figure 2 à la fois de relais DNS et HTTP. La victime n'interagit jamais directement avec le C&C. Ce dernier peut également se dissimuler dans la masse de machines compromises (adresse IPk sur le dessin).
    Figure 1: Architecture possible : un serveur de nom malveillant et plusieurs zombis (IP1..IPn)
    Image single
    Figure 2: Architecture possible : zombis (IP1..IPn) servant de mandataires DNS et HTTP
    Image double

    Les détails et les nuances de ces architectures restent floues et discutables. Que faut-il néanmoins retenir de cela ?

    • l'organisation présentée dans les exemples ci-dessus n'est pas la manifestation d'une malveillance amateur.
    • il existe un ensemble de machines compromises pouvant contenir elles-mêmes les codes et les pages malveillantes. Elles peuvent également être de simples relais DNS ou HTTP manipulées par d'autres machines.
    • la victime ne voit bien souvent dans ces cas d'architecture qu'une part limitée : les adresses IP avec lesquelles elle communique ne sont souvent qu'un des acteurs. Les rôles respectifs de ces acteurs peuvent changer très fréquemment.

    Dans le cas d'un traitement d'incident, le lecteur comprendra donc que fournir comme information une simple adresse IP ou un nom de machine n'est parfois pas suffisant. Il faut collecter et communiquer le maximum d'informations disponibles, afin de rendre l'analyse plus pertinente.

    A valeur d'exemple, il est courant d'exporter les journaux d'une interface pour analyse. Il arrive que la résolution de noms se fasse au moment de l'export pour rendre les traces plus lisibles. Des outils comme Wireshark (anciennement Ethereal) font la même chose à la lecture de traces a posteriori.

    Il est préférable de noter soigneusement quand l'opération de résolution des adresses IP a eu lieu. Dans le cas contraire, cela peut ensuite conduire à de mauvaises interprétations.

    9 Liens utiles


    10 Rappel des avis émis

    Dans la période du 30 novembre au 06 décembre 2007, le CERTA a émis les avis suivants :

    • CERTA-2007-AVI-511 : Vulnérabilités dans Symantec Backup Exec for Windows Server
    • CERTA-2007-AVI-512 : Vulnérabilité dans Ruby-GNOME2
    • CERTA-2007-AVI-513 : Multiples vulnérabilités de la bibliothèque PCRE
    • CERTA-2007-AVI-514 : Vulnérabilité dans Sun Solaris RPC
    • CERTA-2007-AVI-515 : Vulnérabilités dans IBM Lotus Notes
    • CERTA-2007-AVI-516 : Vulnérabilité dans avast!
    • CERTA-2007-AVI-517 : Vulnérabilité de Cairo
    • CERTA-2007-AVI-518 : Vulnérabilité dans SonicWall Global VPN Client
    • CERTA-2007-AVI-519 : Vulnérabilité dans OpenOfficeorg
    • CERTA-2007-AVI-520 : Vulnérabilité de Squid
    • CERTA-2007-AVI-521 : Multiples vulnérabilités dans rsync
    • CERTA-2007-AVI-522 : Vulnérabilité dans HP OpenView Network Node Manager
    • CERTA-2007-AVI-523 : Vulnérabilité dans IBM Tivoli Netcool Security Manager
    • CERTA-2007-AVI-524 : Multiples vulnérabilités dans Sun Solaris
    • CERTA-2007-AVI-525 : Vulnérabilité dans FreeBSD
    • CERTA-2007-AVI-526 : Vulnérabilités dans Novell BorderManager

    Pendant la même période, les avis suivants ont été mis à jour :

    • CERTA-2007-AVI-391-002 : Vulnérabilité dans GNU Tar

      (ajout de la référence au bulletin de sécurité Mandriva)

    • CERTA-2007-AVI-423-002 : Vulnérabilités d'OpenSSL

      (ajout de la référence Blue Coat)

    • CERTA-2007-AVI-440-002 : Multiples vulnérabilités dans la machine virtuelle JAVA (JRE) de SUN

      (ajout des références aux bulletins de sécurité SuSE et RedHat)

    • CERTA-2007-AVI-502-001 : Vulnérabilités dans Samba

      (ajout références aux bulletins de sécurité Mandriva, Gentoo et Debian)

    • CERTA-2007-AVI-509-001 : Vulnérabilités dans Mozilla Firefox

      (ajout des références à Netscape)

    • CERTA-2007-AVI-510-001 : Multiples vulnérabilités dans Wireshark

      (ajout de la référence au bulletin de sécurité Debian)

    • CERTA-2007-AVI-516-001 : Vulnérabilité dans avast!

      (révision du risque, du résumé et de la description)


    Liste des tableaux

    Gestion détaillée du document

    07 décembre 2007
    version initiale.


    CERTA
    2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-03-29