Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2008-ACT-005

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 01 février 2008
No CERTA-2008-ACT-005

Affaire suivie par :

CERTA

Objet : Bulletin d'actualité 2008-05


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-005

Gestion du document

Le bulletin d'actualité est disponible dans son intégralité et au format PDF à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-005.pdf

Un extrait du bulletin, ne reprenant que les articles de la semaine, se trouve en HTML à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-005/

1 Machines zombie et encapsulation de données

Il est fréquent lors d'un traitement d'incident qu'une machine compromise héberge un logiciel de type « bot » permettant à un individu malveillant de prendre son contrôle à distance. Le principe de base de ce « robot » est d'établir une connexion sortante (entendre du réseau local vers l'Internet) vers un serveur de contrôle appelé « C&C » pour Command and Control utilisée par le pirate pour donner des ordres à ses « zombies ».

De façon très classique, les canaux de communication entre le « C&C » et ses clients peuvent être les protocoles IRC, HTTP ou bien encore ceux de réseaux Pair-à-Pair. Cependant, ces flux sont assez facilement détectables pour peu que l'on ait mis en place une politique de filtrage du trafic sortant sur le pare-feu/routeur d'accès à l'Internet.

Pour un attaquant, une méthode originale évitant le filtrage ou la détection peut consister en la mise en œuvre d'un tunnel à l'intérieur d'une connexion TCP via un port autorisé à destination du C&C. Celui-ci pourra, par exemple, passer des ordres à son zombie à travers ce tunnel. Ainsi, on peut rencontrer des codes malveillants établissant une connexion sortante de type SOCKS v5 modifiée vers la machine de contrôle sur un port autorisé ( HTTP, SMTP, SSH, ...). L'originalité de la chose est que le robot (« bot ») n'ira pas chercher d'ordres par l'intermédiaire de ce canal de contrôle mais va plutôt se comporter en serveur mandataire (proxy) pour la machine de contrôle. On a donc une connexion inverse qui s'établie du C&C vers le client à l'intérieur du tunnel. le contrôleur devient client du bot.

Autrement dit, la machine compromise va établir une connexion TCP permanente entre elle et un serveur malveillant sur un port autorisé. Cette connexion est, en fait, un tunnel par lequel le serveur malveillant pourra relayer ses actions comme de l'envoi de pourriel. Le robot ne se comporte plus comme une machine malveillante allant chercher des ordres sur un « C&C » mais bien comme un proxy ouvert à une ou plusieurs machines. On pourra parler de mandataire inverse : Reverse Proxy ou même de Reverse Tunnel Proxy puisque le flux illégitime est encapsulé.

Recommandation :

Il est assez difficile de détecter ce type de techniques car d'un point de vue extérieur, tout se passe par le biais de flux légitimes. Cependant, le serveur mandataire SOCKS emploie souvent une signature particulière dans ses paquets. Il est en théorie possible en connaissant cette signature de configurer un NIDS (détecteur d'intrusion réseau) pour qu'il identifie cette signature. Cependant, il conviendra comme toujours avec un IDS d'être très vigilant avec la pertinence des règles de détection car si la signature change la sonde devient aveugle. Il est aussi possible de surveiller la durée des sessions TCP auprès du pare-feu : une session excessivement longue ( une journée entière ou plus) peut être un indicateur important. Ces mandataires inverses servent souvent de relais de pourriel, il est donc également envisageable de contrôler les requêtes DNS de type MX trop fréquentes pour des domaines sortant de l'ordinaire.

2 Fin des versions 4.5.x de Mambo

L'équipe de développement du gestionnaire de contenu Mambo a annoncé, sur le forum de son site Web, la fin des versions 4.5.x de leur produit. Les développeurs se consacrent désormais à la version 4.6, à la future version 4.7 (qui devrait prochainement être publiée) et envisagent l'implémentation d'une version 5.

La branche de développement 4.5 se termine donc avec la version 4.5.6, appelée également sunset (crépuscule).

Tous les utilisateurs de Mambo 4.5.x sont encouragés à installer la version 4.5.6 et à réfléchir à une migration vers la branche 4.6 ou 4.7. Il est à noter que les versions 4.6.x existent en téléchargement depuis décembre 2006.

Documentation

3 Les cadres numériques après Noël

La période de Noël a vu l'essor des cadres photos numériques. Cet appareil permet de se déplacer facilement avec des photos numériques (voire aussi d'autres contenus multimédia), en le connectant, par exemple, sur une machine d'un réseau domestique puis d'un réseau d'entreprise.

Le problème suivant se pose : les cadres numériques USB sont des périphériques USB comme les autres, souffrant des mêmes faiblesses. Le sujet a déjà été traité dans la note d'information CERTA-2006-INF-006 (Risques associés aux clés USB) et dans le bulletin d'actualité CERTA-2007-ACT-025 (Les cadres pour photos numériques).

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2006-INF-006/

L'actualité de la semaine rapportant le cas d'un programme malveillant présent dans des cadres numériques neufs, le CERTA rappelle qu'il faut faire attention à ces périphériques, comme à tous les médias amovibles. Même si l'appareil est « neuf », il est nécessaire de prendre des précautions. Pour cela, il est important d'appliquer la politique de sécurité en vigueur (qui peut inclure des mesures de décontamination de tout nouveau matériel à connecter).

Documentation

4 Bulletin MS08-001 et protocole IGMPv3

4.1 Retour sur le bulletin MS08-001

Le CERTA a publié le 09 janvier 2008 l'avis CERTA-2008-AVI-009 relatif au bulletin de sécurité MS08-001 de Microsoft.

Ce dernier concerne des vulnérabilités dans la mise en oeuvre de certains protocoles dans tcpip.sys sous Windows, et notamment ceux utilisés pour la diffusion de données en groupes, ou multicast.

Les protocoles mis en cause dans la vulnérabilité de référence CVE-2007-0069 sont IGMPv3 (Internet Group Management Protocol) sous IPv4, et MLDv2 (Multicast Listener Discovery) sous IPv6. Ces protocoles sont interprétés par défaut dans les systèmes d'exploitation Windows XP, Windows Vista, Windows Home Server et Small Business Server.

Windows Server 2003 n'utilise pas, par défaut et selon Microsoft, de services s'appuyant sur le multicast. Il n'est donc pas affecté par cette vulnérabilité, car les paquets IGMP reçus sont rejetés. Néanmoins, si d'autres applications ont été installées, ou des services comme UPnP, la vulnérabilité sera bien présente et exploitable.

Microsoft a publié un article fournissant davantage de détails : une machine fonctionnant sous Windows Server 2003 peut émettre des trames à destination du groupe multicast associé à l'adresse 224.0.0.1, mais elle ignore les requêtes à destination de cette adresse. Pour vérifier si le serveur est associé ou non à d'autres groupes, il est possible de contrôler que seule la ligne suivante apparaît en tapant dans un terminal Windows la commande (un compte « invité » est suffisant) :

C:\>netsh int ip show joins

Adr d'interface    Groupe de multidiffusion
---------------    ------------------------
W.X.Y.Z            224.0.0.1

Comme nous venons de le signaler, Microsoft annonce donc qu'une installation Windows Server 2003 par défaut n'est pas vulnérable. Il faut cependant bien comprendre ici que cela ne signifie pas que l'interprétation de trames IGMP par le système ne s'effectue pas. Il y a donc une ambiguïté dans la formulation actuelle de l'article publié le 10 janvier 2008 sur le bloc-notes SVRD de Microsoft :

"Though the host (Windows Server 2003) would receive the 
unicast IGMP packet, valid multicast address needs to be 
contained in IGMP query payload so the packet would be ignored."

4.2 Le protocole IGMPv3

Le multicast, ou la diffusion multi-groupes, permet de communiquer simultanément avec un ensemble de machines, identifiées par une adresse de groupe spécifique. Cette technique est intéressante pour envoyer des flux vidéo (streaming), comme les diffusions de chaînes de télévision ou les visio-conférences. Elle peut aussi être employée pour effectuer des mises à jour ou des configurations collectives. D'autres protocoles s'appuient sur cette technique pour fonctionner, comme l'architecture UPnP récemment présentée dans le bulletin d'actualité CERTA-2008-ACT-003.

IGMP n'est pas un protocole des plus récents, et a fait l'objet de plusieurs standards RFC, dont RFC 1112 (1989) et RFC 2236 (1997). La version actuelle est la 3, définie dans le RFC 3376.

Ce protocole permet de gérer les déclarations d'appartenance à un (ou plusieurs) groupe auprès de routeurs multicast. L'annonce des appartenances se fait soit par la machine même, soit après une sollicitation, envoyée par exemple par un routeur à proximité.

IGMP est encapsulé dans un en-tête IP indiquant l'identifiant protocolaire 0x02. L'en-tête IP doit également contenir une option Router Alert, afin que le paquet soit convenablement manipulé par le routeur. Le RFC 3376 mentionne également que le TTL (Time-to-Live) dans l'en-tête IP des trames IGMP doit avoir la valeur 1. Cette recommandation n'est pas nécessairement respectée par les routeurs multicast, selon leur configuration.

L'en-tête d'une trame IGMPv3 n'est pas d'une grande complexité, et dépend du type. On distingue :

  • 0x11 : les requêtes d'appartenance (Membership Query) ;
  • 0x12 : les rapports d'appartenance pour IGMP version 1 (Membership Report) ;
  • 0x16 : les rapports d'appartenance pour IGMP version 2 ;
  • 0x22 : les rapports d'appartenance pour IGMP version 3 ;
  • 0x17 : le signalement du départ du groupe (Leave Group).

Dans le cas des requêtes d'appartenance sous IGMPv3, les champs sont :

  • Max Resp Code : il s'agit de la durée maximale attendue avant d'émettre un rapport ;
  • Checksum : pour vérifier si des erreurs binaires existent dans l'en-tête ;
  • Group Address : ce champ peut être vide, ou préciser l'adresse IP multicast d'appartenance interrogée ;
  • Resv : réservé. Pas d'usage clair pour le moment ;
  • S Flag : le noeud destinataire prend compte de cette valeur pour supprimer ou non sa mise à jour de minuteur ;
  • QRV et QQIC : il s'agit des caractéristiques propres que l'émetteur de la requête veut transmettre ;
  • Sources Number : cette valeur indique le nombre d'adresses sources présentes dans la requête (cf. champ suivant). Elle dépend donc de l'objectif de la requête, mais aussi, plus matériellement, de la taille maximale autorisée pour les trames dans le réseau (MTU) ;
  • Source Adresses : un ensemble d'adresses IP unicast, dont le nombre doit théoriquement être celui indiqué par le champ précédent.

Les requêtes d'appartenance peuvent être adressées, toujours selon le RFC, aux adresses multicast d'intérêt, celle générique étant 224.0.0.1. En revanche, il est aussi écrit que toute machine doit accepter et interpréter une requête IGMPv3 adressée à toute adresse assignée à l'interface réseau, en particulier unicast et multicast :

RFC 3376, Section 4.1.12 :

"*However*, a system MUST accept and process any Query whose
IP destination Address field contains *any* of the addresses
(unicast or multicast) assigned to the interface on which the
Query arrives".

Aucune recommandation ne concerne l'adresse IP source de la requête.

4.3 L'actualité

La vulnérabilité concerne la gestion de ces requêtes reçues par une machine, et le stockage temporaire de ces informations dans une table. Elle dépend donc aussi d'un contexte temporaire, car la table se vide régulièrement en fonction de la valeur Max Resp Code des requêtes.

Un code d'exploitation a été publié cette semaine dans un outil de sécurité. Il fonctionnerait, selon les auteurs, sur des versions Windows XP SP2, avec le pare-feu natif activé.

Le bon fonctionnement de ce code malveillant permet d'acquérir les droits du noyau (SYSTEM) à distance, et donc de prendre le contrôle total de la machine.

Microsoft détaillait dans un article du 08 janvier 2008 la difficulté d'exploitation de cette vulnérabilité. En effet, elle nécessite un envoi important de trames pour remplir la fameuse table, et des conditions propices (des valeurs aléatoires peuvent intervenir pour provoquer le nettoyage inopiné de la table). Le code de démonstration diffusé sur l'Internet montre lui que 180 paquets émis peuvent suffire pour faire aboutir l'attaque.

4.4 Exploitation de la vulnérabilité

Il existe une vulnérabilité mentionnée dans MS08-001. A la date de rédaction de cet article, du code d'exploitation a été rendu public. Il semble fonctionner sur des systèmes Windows XP SP2 (anglais installé par défaut) avec le pare-feu activé. La vulnérabilité concerne aussi les autres systèmes d'exploitation Microsoft. Windows Server 2003 ne semble pas moins vulnérable. Vista a une pile protocolaire qui a été réécrite par les développeurs de Microsoft. Elle souffre cependant de la même vulnérabilité, et des codes d'exploitation visant ce système sont envisageables dans les prochains mois.

La vulnérabilité existe également pour le protocole MLDv2 sous IPv6 qui met en oeuvre les mêmes fonctionnalités que IGMPv3.

Une propagation massive d'un code exploitant cette vulnérabilité semble peu probable, étant données les restrictions et les contraintes du fonctionnement multicast. Cependant, des configurations trop laxistes au niveau des routeurs et des pare-feux périphériques peuvent favoriser l'exploitation de cette vulnérabilité dans des réseaux locaux.

4.5 Recommandations

Compte tenu des paragraphes précédents, le CERTA invite ses correspondants à :

  • mettre à jour leur système d'exploitation ;
  • surveiller le trafic réseau, et notamment le volume de trafic IGMP ;
  • désactiver si cela n'est pas nécessaire ces protocoles dans les clés de registre de Windows. Le bulletin MS08-001 donne les indications pour effectuer cette opération sous XP et Vista ;
  • vérifier que la politique de filtrage est correcte, en particulier vis-à-vis des protocoles multicast. Les pare-feux périphériques devraient bloquer par défaut tous les flux entrants et sortants qui ne sont pas nécessaires. Certains pare-feux permettent également de limiter le volume de trames d'un protocole donné dans une fenêtre de temps.

4.6 Documentation associée

5 Les codes malveillants sous Apple Mac OS X

5.1 L'actualité de la semaine

Les utilisateurs du système d'exploitation Microsoft Windows sont généralement conscients des dangers des codes malveillants, qu'ils se nomment virus, vers ou enregistreurs de frappes clavier. Ces types de codes peuvent cependant exister sur tout système d'exploitation : Apple Mac OS X n'échappe pas à la règle. Les utilisateurs du système d'exploitation de la marque à la pomme ne doivent pas oublier ces codes malveillants, ou se croire naturellement immunisés. Il est important d'appliquer les mêmes principes de configuration et de sécurité quel que soit le système d'exploitation. Il est préférable de ne pas pratiquer une « monoculture » dans un réseau mais encore faut-il le faire de façon réfléchie.

Des articles ont fait état cette semaine d'un code malveillant capable d'enregistrer les frappes clavier. Ce logiciel a été créé pour fonctionner sur Apple Mac OS X et se présente sous la forme d'un paquet instalable (pkg) qui nécessite des droits d'administration. Il ne peut donc, en théorie, pas compromettre une machine à l'insu de l'utilisateur. Ce dernier est le principal acteur de la compromission : il doit, à un moment donné, décider d'installer un tel logiciel.

5.2 Les recommandations

Le CERTA tient donc à rappeler les règles d'usage en la matière :

  • Ne pas naviguer sur l'Internet ou exécuter des applications avec des droits d'administration, à moins que ceux-ci ne soient nécessaires pendant une durée déterminée. Un article du bulletin d'actualité CERTA-2007-ACT-048 sur la gestion des comptes administrateur d'Apple Mac OS X rappelle les règles de bonne utilisation de ce type de compte ;
  • activer et configurer le pare-feu afin de filtrer les connexions entrantes et sortantes ;
  • désactiver les services inutiles. Les services comme bonjour ou mDNS sont-ils indispensables au bon fonctionnement de la machine ?
  • désactiver les interfaces inutiles (bluetooth, infrarouge, WiFi, ethernet, etc.) et configurer avec soin celles qui le sont ;
  • ne pas installer de logiciels et applications qui ne sont pas de confiance, sans être sûr de leur intégrité et de l'absence de volonté malveillante.

Documentation

6 Rappel des avis émis

Dans la période du 25 janvier au 01 février 2008, le CERTA a émis les avis suivants :

  • CERTA-2008-AVI-036 : Vulnérabilité dans HP-UX ARPA
  • CERTA-2008-AVI-037 : Vulnérabilités dans des produits Cisco
  • CERTA-2008-AVI-038 : Multiples vulnérabilités dans IBM AIX
  • CERTA-2008-AVI-039 : Vulnérabilité dans ISC BIND
  • CERTA-2008-AVI-040 : Multiples vulnérabilités dans IBM Informix

Pendant la même période, l'avis suivant a été mis à jour :

  • CERTA-2008-AVI-029-001 : Mutiples vulnérabilités des produits Oracle

    (Modification de l'URL d'Oracle et des systèmes affectés)


Liste des tableaux

Gestion détaillée du document

01 février 2008
version initiale.


CERTA
2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-08-17