Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2008-ACT-028

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 11 juillet 2008
No CERTA-2008-ACT-028

Affaire suivie par :

CERTA

Objet : Bulletin d'actualité 2008-28


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-028

Gestion du document

Le bulletin d'actualité est disponible dans son intégralité et au format PDF à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-028.pdf

Un extrait du bulletin, ne reprenant que les articles de la semaine, se trouve en HTML à l'adresse suivante :

http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-028/

1 Retours sur les événements associés au DNS

1.1 Introduction

La presse a très largement relayé cette semaine une vulnérabilité importante concernant DNS. Le Domain Name System est un élément important de l'architecture Internet puisqu'il assure la transposition des noms de machine en adresse IP, sur lesquelles s'effectue le routage. Le CERTA revient sur cet événement et les faits associés.

Un chercheur a annoncé une vulnérabilité protocolaire du DNS pouvant conduire à une corruption du cache. Il ne fournira cependant les détails techniques de celle-ci qu'au début du mois d'août à l'occasion d'une conférence. Cette annonce avait fait depuis quelques jours l'objet de rumeurs.

Mardi 08 juillet au soir, plusieurs éditeurs ont publié simultanément des correctifs de leur mise en œuvre du DNS. On peut citer à valeur d'exemple :

  • ISC Bind (CERTA-2008-AVI-359)
  • Cisco (CERTA-2008-AVI-358)
  • Microsoft (CERTA-2008-AVI-353)
  • Juniper (CERTA-2008-AVI-360)

D'autres mises à jour devraient progressivement apparaître dans les prochains jours.

1.2 Que font ces mises à jour ?

Il est bien important de comprendre ici qu'elles ne corrigent pas la vulnérabilité protocolaire annoncée mais restreignent les possibilités de réussir son exploitation. Il s'agit pour cela d'empêcher à une personne malveillante de pouvoir construire de fausses réponses spécifiques réalistes. Or les réponses DNS fonctionnent généralement sur la couche de transport UDP, protocole sans état. Les seules méthodes possibles pour complexifier la construction de trames malveillantes consistent ainsi à rendre certains champs de celle-ci difficilement prédictibles en augmentant leur entropie.

Les premiers standards mentionnant le DNS datent du début des années 1980 (1982) :

http://www.dns.net/dnsrd/rfc/

Ceux qui servent de référence sont les RFC 1034 et 1035 rédigés par P. Mockapetris en 1987. En 1995, P. Vixie publiait dans une conférence un article intitulé « DNS and BIND Security Issues » le commentaire suivant :

6. What We Cannot Fix
(...)
With only 16 bits worth of query ID and 16 bits worth of UDP port number, it's
hard not to be predictable. A determined attacker can try all the numbers in a
very short time and can use patterns derived from examination of the freely
available BIND source code. Even if we had a white noise generator to help
randomize our numbers, it's just too easy to try them all.
http://www.usenix.org/publications/library/proceedings/security95/full_papers/vixie.txt

En d'autres termes, l'auteur de cet article précise que les champs qui peuvent être utilisés sont l'identifiant de transaction et le port source de la requête. Ceux-ci ne seront par ailleurs jamais à eux-seuls suffisants pour rendre la réponse impossible à prédire.

Des mises en œuvre DNS ont appliqué ces mesures. D'autres les ont appliquées partiellement en se limitant à rendre aléatoire les identifiants de transaction ; les ports source sont quasi-invariants et prédictibles. C'est le cas de BIND qui choisit un port source aléatoire mais le conserve ensuite jusqu'au prochain redémarrage du service.

Sans mentionner ici les problèmes liés à la propre génération de valeurs aléatoires des identifiants qui a fait l'objet de plusieurs correctifs en 2007, il faut rappeler ici quelques résultats de probabilités publiés en 2001 par l'auteur de djbdns (serveur DNS), D.J. Bernstein, défendant alors l'intérêt d'utiliser des ports source aléatoires. Les chiffres représentés sont le nombre de paquets maximaux nécessaires en fonction des aléas utilisés:

 

        Attaque aveugle         Attaque aveugle    Attaque par capture
        brute                   Collision          de trames (sniff)
        --------------          --------------     ------------------

Aucun    1                       1                  1

ID       65536                   256                1
(BIND)

ID+port  4227727360              65020              1
(djbdns)

D'autres chiffres peuvent être fournis en appliquant de manière brute des formules du paradoxe des anniversaires. Les ordres de grandeur restent néanmoins similaires.

Les correctifs publiés appliquent un ensemble de bonnes pratiques préconisées depuis quelques années. Le fait d'introduire de l'aléa pour les ports source n'est pas sans poser un certain nombre de problèmes relatifs aux pare-feux. Certains pare-feux personnels ne prennent pas en compte cette modification de comportement et bloquent les réponses pourtant légitimes.

1.3 Foire aux questions

Question n°1 : Quelle est la nature du problème DNS qui a été largement médiatisé cette semaine ?

Lorsqu'un serveur DNS envoie une requête à un autre serveur, il attend une réponse qui contiendra des informations correspondants à sa demande et en particulier :

  • le port destinataire de la réponse doit correspondre au port source de la requête ;
  • l'identifiant de transaction dans la réponse doit être le même que celui de la réquête.

Comme le choix de ces deux facteurs était relativement facilement prédictible, il devenait possible de créer une fausse réponse correspondant à une vrai requête et donc de corrompre le cache du DNS. Les correctifs de sécurité diffusés cette semaine améliorent la génération pseudo aléatoire de ces facteurs.

Question n°2 : La vulnérabilité DNS est-elle grave ?

Les vulnérabilités touchant le DNS sont de fait graves car elles peuvent provoquer d'importants dysfonctionnements de l'Internet. En l'occurence, dans cette affaire le risque est de tromper l'utilisateur en l'envoyant de façon silencieuse vers un faux site.

Question n°3 : Que faut-il faire pour limiter les risques ?

Il convient d'appliquer sans délais les correctifs de sécurité et de vérifier la bonne configuration des serveurs DNS. A ce propos, un serveur DNS ne doit être récursif que pour le domaine dont il a la reponsabilité. Un DNS ne doit répondre à l'Internet que pour les zones sur lesquelles il a autorité.

Question n°4 : Il a été dit que la vulnérabilité était protocolaire : cela signifie quoi ?

Cela signifie que cette vulnérabilité n'est pas liée à une mise en œuvre particulière dans un logiciel donné. Simplement, les logiciels peuvent en atténuer les risques par des mesures appropriées comme un choix plus aléatoire des ports sources. L'attaque est donc probabiliste. Les spécifications du protocole DNS n'ont pas prévu la situation mise en évidence par la vulnérabilité.

Question n°5 : Les serveurs d'autorité de la zone « .fr » sont-ils concernés ?

Non. Ces serveurs ne sont pas concernés car ils ne sont pas récursifs.

1.4 Conclusion

Il faut bien comprendre que la corruption de cache DNS est difficilement visible par l'utilisateur. S'il détecte un comportement anormal, il ne sera pas en mesure d'identifier simplement si le problème vient du DNS ou du site qu'il visite, par exemple.

Il appartient aux administrateurs des serveurs de prendre des mesures. Un ensemble de bonnes pratiques doit être impérativement appliqué :

  • mettre à jour les serveurs DNS ;
  • vérifier la configuration de ces derniers pour cloisonner les fonctions (modes itératifs ou récursifs, mises en cache, etc.) et limiter en particulier le mode « récursif » aux plages d'adresses IP légitimes, voir à ce sujet le bulletin d'actualité du CERTA CERTA-2008-ACT-008 du 22 février 2008 ;
    http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2008-ACT-008
    
  • appliquer des politiques de filtrage réseau rigoureuses pour le trafic DNS ;
  • journaliser et regarder régulièrement les journaux ;
  • surveiller le trafic réseau afin de détecter toute activité anormale, en particulier :
    • des pics de trafic non justifiés ;
    • des réponses DNS possédant les mêmes caractéristiques (identifiant de transaction, IP/port source) mais des enregistrements distincts.

Le CERTA tiendra publiera dans les prochains jours une note d'information rappelant un ensemble de risques et de bonnes pratiques liées au DNS.

2 Incident de la semaine

2.1 Campagne d'ingénierie sociale

Cette semaine, le CERTA a été informé d'une campagne d'ingénierie sociale visant plusieurs administrations. Cette campagne tente, par l'envoi de courriels, de récupérer les identifiants et mots de passe d'utilisateurs.

Toutes les administrations visées ont pour point commun l'utilisation d'une application de gestion de contenu intégrant un webmail, Horde. Une fois les données d'un compte utilisateur récupérées, ce compte est utilisé à d'autres fins malveillantes :

  • soit pour effectuer une autre campagne d'ingénérie sociale vers d'autres organismes :
  • soit pour l'envoi de courriels indésirables.

Le CERTA tient donc à attirer l'attention de ses lecteurs sur la nécessité de sensibiliser les utilisateurs du système d'information des risques associés à l'ingénierie sociale. En effet, il ne faut jamais fournir ces identifiants et mots de passe.

De plus, il est fortement conseillé d'analyser de manière régulière les journaux de connexions des applications de ce type et de prêter une attention toute particulière aux connexions suspectes, comme celles provenant par exemple de l'étranger ou faites à des heures non conventionnelles.

2.2 Les applications client-serveur

Cette semaine, le CERTA a été contacté concernant un problème de sécurité potentiel sur une application client-serveur. Cette application, développée spécifiquement pour une administration, permet d'accéder à certaines informations présentes dans une base de données. Le compte permettant l'accès à la base de données a été défini directement dans le binaire de la partie cliente de l'application. Ce compte ne dispose pas de droit limité sur les données, l'application étant censée restreindre les accès. De plus, le protocole utilisé pour la communication entre le client et le serveur n'est pas chiffré.

Il devient donc possible à une personne malintentionnée de réaliser une analyse inverse du code de l'application cliente pour retrouver les identifiants de connexion à la base de données, contournant ainsi la « mesure » de protection mise en oeuvre. L'utilisation d'un protocole non-chiffré peut également permettre, en écoutant le réseau (en utilisant un sniffeur), de retrouver le compte utilisé ou d'intercepter les données échangées.

Une personne malveillante disposant du compte utilisé par l'application pourrait interroger directement le serveur de base de données et ainsi accéder à des informations non-autorisées.

Le CERTA recommande de ne pas utiliser de comptes générique car cette pratique rend difficile l'identification a posteriori. Les comptes utilisés doivent être restreints, ne permettant pas de modifier, supprimer ou accéder à des données non-autorisées. Le fait de figer dans une application un mot de passe ne permet pas de le mettre à jour facilement et régulièrement. Cette pratique peut être contraire à la politique de gestion des mots de passe mise en oeuvre au sein du système d'information.

3.3 Documentation

3 Vulnérabilités dans des produits Microsoft

Le CERTA a publié cette semaine deux alertes sur des produits Microsoft. Celles-ci concernent des failles non corrigées et actuellement exploitées de Microsoft Office Word et Microsoft Office Access.

3.1 Vulnérabilité dans Microsoft Office Access

La première vulnérabilité a fait l'objet de l'alerte CERTA-2008-ALE-009 et concerne le contrôle ActiveX du Snapshot Viewer for Microsoft Access. La faille permet à une personne malintentionnée de forcer le téléchargement d'un fichier vers un répertoire arbitraire du poste de l'utilisateur, selon ses droits.

Le contrôle vulnérable est installé par défaut avec les versions 2000, XP et 2003 de Microsoft Access. Il est également signé par Microsoft, ce qui signifie qu'il peut être téléchargé automatiquement dans certaines configurations (« Télécharger les contrôles ActiveX signés ») et/ou exécuté automatiquement (« Exécuter les contrôles ActiveX et les plugins »).

L'un des contournements de la vulnérabilité est justement de migrer si nécessaire vers Internet Explorer 7 et de mettre ces options à « Demander ».

Il est également possible et fortement recommandé de désactiver le contrôle ActiveX vulnérable (cf. CERTA-2008-ALE-009) ou d'utiliser un navigateur alternatif. La navigation avec un compte aux droits restreints et limités à des sites uniquement de confiance est également une bonne pratique.

Pour les administrateurs, il est possible de filtrer avec un serveur mandataire inverse les chaînes suivantes :

F0E42D50-368C-11D0-AD81-00A0C90DC8D9
F0E42D60-368C-11D0-AD81-00A0C90DC8D9
F2175210-368C-11D0-AD81-00A0C90DC8D9
snpvw.Snapshot Viewer Control

3.2 Vulnérabilité dans Microsoft Office Word

La vulnérabilité dans Microsoft Office Word a fait l'objet de l'alerte CERTA-2008-ALE-010. La faille permet à une personne d'exécuter du code arbitraire sur le poste d'une victime après ouverture d'un fichier spécialement conçu.

Seul Microsoft Office Word 2002 est concerné.

Les contournements sont l'utilisation d'autres logiciels, tels que :

  • Microsoft Office Word 2003 ou 2007 ;
  • Openoffice.org ;
  • Word Viewer 2003 SP3.

3.3 Documentation

4 Problème avec certains produits Sophos

Une mise à jour de juillet de la base des signatures de virus (4.31) et du moteur (2.75) pour certains produits Sophos provoque des arrêts inopinés lors du traitement de certains éléments MIME ayant une longueur nulle.

Les produits affectés sont :

  • Sophos Email Appliance ;
  • Pure Message for Unix ;
  • Sophos Anti-Virus Interface (SAVI).

Apparemment, seules les versions pour Linux/Unix sont concernées.

Une mise à jour automatique pour Sophos Email Appliance et Pure Message for Unix a ramené la base de signatures en version 4.30 et le moteur en version 2.74. Concernant SAVI, un correctif a été appliqué automatiquement lors d'une mise à jour.

Documentation :

5 Le projet Weave

La fondation Mozilla a sorti, à la fin de l'année 2007, un nouveau module additionel pour son navigateur, Weave.

Cette extension a pour but d'exporter vers l'Internet l'ensemble des données relatives à la navigation d'un utilisateur :

  • marque-pages ;
  • historique de navigation ;
  • mots de passe ;
  • éléments de personnalisation ;
  • etc.

Ainsi un utilisateur pourra retrouver toutes les informations dont il a l'habitude, sur n'importe quelle machine, du moment qu'elle est pourvue du navigateur et de l'extension de la fondation Mozilla. Ces informations sont accessibles après une authentification et les données sont chiffrées sur le poste client afin de limiter les possibilités de récupération par un autre utilisateur. En plus de centraliser l'ensemble de ces éléments, il existe la possibilité de partager et de déléguer la gestion de tout ou partie de ces informations à des tiers.

Malgré l'aspect pratique de ce type d'application, le CERTA tient à rappeler que les données personnelles de l'utilisateurs sont stockés sur des serveurs dont il n'a pas le contrôle. Il est donc possible que des données soient récupérées par des personnes et/ou organismes auxquels il ne voulait pas les communiquer. Le CERTA ne recommande pas d'utiliser ce type de module pour les raisons suivantes :

  • l'ajout d'extension à une application augmente le risque de vulnérabilité. Si le module est vulnérable, il devient alors une porte d'entrée intéressante pour des personnes malveillantes vu les données manipulées par ce dernier ;
  • le fait de mettre toutes les données personnelles sous le protection d'un compte unique affaiblit de manière générale le niveau de sécurité et peut faciliter le vol de données si le compte est compromis.

6 Les protections de Firefox 3

Les fonctionnalités de protection sont le résultat de l'intégration de l'extension Safe Browsing développée par Google dans Firefox 2. Elles se sont enrichies avec la version 3 du navigateur en apportant en plus d'une protection contre les sites contrefaits (filoutage), une protection contre les sites malveillants. Elles fonctionnent sur un principe de listes (noires ou blanches) enregistrées localement et régulièrement mises à jour. Ces listes contiennent les hash partiels des URL suspectes.

6.1 Les mises à jour des listes

Cette nouvelle version apporte une modification de la gestion des mises à jour. Il ne s'agit plus de maintenir des listes dans leur totalité mais de maintenir des bouts de liste, les chunks. Ils possèdent un identifiant unique et décrivent les informations à rajouter ou à retirer des listes. Pour effectuer une mise à jour, le navigateur annonce la liste qu'il veut mettre à jour et les chunks associés qu'il possède. Le serveur lui répond les chunks obsolètes pour chaque liste et les URL où il pourra télécharger les nouveaux chunks.

Par exemple, le navigateur annonce qu'il a déjà les chunks add 1-3,5,8 et les chunks sub 4-5, pour la liste goog-phish-shavar soit:

goog-phish-shavar;a:1-3,5,8:s:4-5

Le serveur répond que les chunks sub 1 et 2 sont obsolètes et l'adresse ou télécharger les nouveaux disponibles :

n:1200

i:goog-phish-shavar

u: cache.google.com/first

sd:1,2

La connexion à cache.google.com/first retourne une liste de chunks et les données associées:

a:4:48:1200

[encoded data]

s:3:96:100

[encoded data]

a:6:32:800

[encoded data]

a:7:48:1200

[encoded data]

Toutes ces informations sont enregistrées dans le fichier de base de données urlclassifier3.sqlite

6.2 La base urlclassifier3.sqlite

Elle contient trois tables. Les deux premières moz_classifier et moz_subs contiennent des hash partiels d'URL et les chunks de provenance. Dans la table moz_tables on trouve les colonnes id, name, add_chunks et sub_chunks, qui correspondent aux listes et leurs formats, ainsi que la liste des chunks de type add ou sub. Le détail du format des données enregistrées semble encore très confidentiel et très peu d'informations sont disponibles, contrairement à la version précédente où les URL étaient chiffrées en ROT13. Il est possible de lire ces fichiers avec des outils tels que SQLite Database Browser ou en ligne avec une commande ressemblant à :

echo "SELECT * FROM goog-phish-shavar LIMIT 10;" | sqlite3 urlclassifier3.sqlite

Les URL contenues dans la version précédente, urlclassifier2.sqlite étaient chiffrées en ROT13 et étaient lisibles avec la commande :

echo "SELECT key FROM goog_black_url LIMIT 10;" | sqlite3 urlclassifier2.sqlite | tr N-ZA-Mn-za-m A-Za-z

6.3 Documentation


7 Rappel des avis émis

Dans la période du 04 au 10 juillet 2008, le CERTA a émis les avis suivants :

  • CERTA-2008-AVI-347 : Vulnérabilité de Sun Java System Access Manager
  • CERTA-2008-AVI-348 : Vulnérabilité dans VLC Media Player
  • CERTA-2008-AVI-349 : Multiples vulnérabilités dans Sun Solaris
  • CERTA-2008-AVI-350 : Multiples vulnérabilités dans Firefox 2
  • CERTA-2008-AVI-351 : Vulnérabilité de Sun Solaris
  • CERTA-2008-AVI-352 : Vulnérabilités dans Avaya Call Management System
  • CERTA-2008-AVI-353 : Vulnérabilité DNS dans Microsoft Windows
  • CERTA-2008-AVI-354 : Vulnérabilité de l'explorateur de fichiers Windows
  • CERTA-2008-AVI-355 : Vulnérabilités dans Open Web Access
  • CERTA-2008-AVI-356 : Multiples vulnérabilités dans Microsoft SQL Server
  • CERTA-2008-AVI-357 : Vulnérabilités dans Joomla!
  • CERTA-2008-AVI-358 : Vulnérabilité dans les produits Cisco
  • CERTA-2008-AVI-360 : Vulnérabilité dans l'implémentation du protocole DNS par Juniper
  • CERTA-2008-AVI-361 : Vulnérabilité dans PCRE
  • CERTA-2008-AVI-362 : Vulnérabilités dans Opera
  • CERTA-2008-AVI-363 : Vulnérabilité dans Novell eDirectory

Pendant la même période, les avis suivants ont été mis à jour :

  • CERTA-2008-AVI-331-001 : Vulnérabilité du navigateur Safari

    (ajout d'une référence au bulletin d'Apple sur MacOS et mise à jour de la description)

  • CERTA-2008-AVI-359-001 : Vulnérabilités dans ISC BIND

    (ajout des références au CVE et aux bulletins de sécurité Debian, Red Hat et Sun )


Liste des tableaux

Gestion détaillée du document

11 juillet 2008
version initiale.


CERTA
2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-09-22